Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le public avait déjà remarqué que son pouvoir d’achat immobilier était en baisse, maintenant il dispose d’un outil pour le mesurer. L’étude conjointement menée par le Crédit Foncier et l’université Paris-Dauphine, nous apprend que 7 ménages sur 10 étaient capables d’acheter un bien immobilier en 1998. En 2010, ils ne sont plus que 6, avec de grandes disparités selon les métropoles. Sans surprise, les habitants de Paris sont les plus touchés, particulièrement les jeunes primo accédants qui n’ont quasiment aucune chance de devenir propriétaire. Derrière la capitale suit Marseille, dont les conditions d’accession se sont grandement dégradées en 12 ans. De l’autre côté du classement, de grandes métropoles comme Strasbourg tirent leur épingle du jeu.

 

Paris : 39 % de pouvoir d’achat en moins pour 350 % d’inflation

Si Paris à toujours possédé l’immobilier le plus cher, 44 % des ménages avaient suffisamment de pouvoir d’achat pour acheter leur logement en 1998. En 2004 cette proportion a chuté à 32 %, pour finir à 27 % en 2010.

L’augmentation des prix du m² n’y est certes pas étrangère. En consultant le site des notaires de la chambre Paris Île-de-France, on se rend compte que le prix moyen d’un appartement dans la capitale est aujourd’hui de 8110 €/m². Au 3e trimestre 1998, il était de 2320 €/m², soit une évolution de 350 % !  Aujourd’hui nous assistons à une tendance inverse, les notaires allant même jusqu’à prédire que le prix du m² parisien passera en dessous de 8000 € en 2015.

Aujourd’hui seul un parisien sur 3 dispose de la capacité financière suffisante pour devenir propriétaire. Les plus concernés sont les 55 – 60 ans, dont plus de la moitié (51 %) est en mesure d’acheter dans la capitale. La classe d’âge la plus représentative des primo accédants, celle des 30 – 35 ans, est la plus lésée avec seulement 7 % des individus disposant du pouvoir d’achat nécessaire.

 

Les primo accédants ont la vie dure dans la capitale. Il faut attendre l’âge de 50 ans – 55 ans pour que l’on trouve 11 % de la population capable de devenir propriétaire. L’habituelle classe d’âge des primo accédants, celle des 30 – 35 ans, ne comporte que 4 % des personnes disposant des ressources financières nécessaires.

Les choses sont forcément plus simples pour les secundo accédants, à condition d’attendre d’être quinquagénaire. 65 % des parisiens déjà propriétaires ont la possibilité de changer d’appartement. Ils sont 73 % dans la tranche d’âge 55 – 60 ans. Le résultat est toutefois acceptable pour les 45 – 50 ans, dont 41 % d’entre eux disposent du pouvoir d’achat nécessaire pour acheter à Paris.

 

Tag(s) : #Bulle immobilière

Partager cet article

Repost 0