Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon la dernière étude Xerfi, l’année 2015 a offert au marché de l’immobilier des signes de reprise très encourageants à court terme.

Soutenu par une baisse des prix de 1,6%, le marché de l’ancien a ainsi retrouvé son dynamisme de 2010-2011 avec plus de 790 000 ventes conclues (+14,2% par rapport à 2014), d’après les estimations des experts de Xerfi.

Le marché du neuf suit également une tendance favorable avec plus de 100 000 transactions recensées en 2015 (+17,1%).

Les professionnels de l’immobilier ont donc toutes les raisons d’aborder 2016 avec sérénité. A la faveur de la reprise du marché, les prix de l’ancien augmenteront de 1,7% en 2016 et de 2,1% en 2017, pronostiquent les experts de Xerfi. Le nombre de ventes se maintiendra autour de la barre symbolique des 800 000 transactions par an.

Ce dynamisme se diffusera aussi sur le marché du neuf. Le nombre de mises en chantier dans ce compartiment progressera de 3,1% en 2016, puis de 5% en 2017 une fois l’outil de production pleinement relancé. Et malgré une croissance modérée des ventes de logements neufs en 2016 (+3%) et 2017 (+2%), le niveau des réservations campera au-dessus de 100 000.

Et les agents immobiliers s’en frottent les mains. Leur volume de transactions a ainsi grossi de plus de 14% en 2015. Les experts de Xerfi anticipent également une augmentation de leurs marges en 2016, sous l’effet d’une croissance dynamique de leur chiffre d’affaires.

Ils tenteront par ailleurs de reprendre la main en termes de communication avec l’initiative Bien’ici, qui vise à sortir de la dépendance aux acteurs de l’internet immobilier Seloger et Le Bon Coin.

Coup de pouce conjoncturel et réglementaire La conjoncture est pour beaucoup dans ce regain de vitalité du marché. L’activité a notamment été tirée par l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages et par leur disposition à investir de nouveau dans l’immobilier, face aux piètres rendements des autres placements (bourse, assurance vie, livret A, etc.).

Surtout, les conditions de financement sont restées particulièrement favorables. Malgré une remontée en fin d’année 2015, les taux d’intérêts ne dépassaient pas 2,4% en moyenne selon la Banque de France.

Le dynamisme du secteur s’explique également par le succès des politiques publiques. Le dispositif Pinel est à ce titre le plus emblématique. Consistant en une réduction d’impôt pour l’achat d’un bien neuf, il a été plébiscité par plus de 50 000 investisseurs en 2015, représentant ainsi la moitié des ventes promoteurs sur la période.

Les primo-accédants seront quant à eux aidés par la refonte du PTZ+. Auparavant réservé au marché du neuf, celui-ci a été étendu au compartiment de l’ancien depuis le 1er janvier 2016. Par ailleurs, ce nouveau dispositif augmente le plafond du montant à emprunter à taux zéro, la période de différé de remboursement et le plafond de revenus.

Les outils numériques gagnent du terrain 2016 sera l’année de la généralisation du numérique dans la promotion immobilière. Le BIM (Building Information Modelling) constituera notamment une tendance lourde, rendant plus fréquente l’intégration de la maquette numérique par les équipes et les architectes associés aux projets de logements neufs. Les majors du bâtiment ne manqueront pas de s’emparer d’autres outils numériques, à l’image des plateformes collaboratives de partage de places de parkings, du crowdfunding immobilier ou encore de logements connectés. C’est déjà largement le cas pour Bouygues Immobilier ou Nexity. Pour capter l’innovation le plus en amont possible, les groupes Icade et Sogeprom ont, eux, choisi de créer ou soutenir des incubateurs de start-up, pariant ainsi que les jeunes pousses seront à l’origine des innovations de demain.

Auteur de l’étude : Vincent Desruelles

 

Source Xerfi

Source Xerfi

Tag(s) : #Marchés Immobilier

Partager cet article

Repost 0