Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis 2000, l’indice Friggit des prix immobiliers a progressé de +140% à Paris et +70% pour la France entière.

Sur la même période, le salaire net annuel moyen des français (25 507 €/an) a progressé seulement de 29% et l’inflation de 28%.

Mais qui sont les gagnants et les perdants de cette ubuesque bulle immobilière.

 

Les Grands Gagnants de la bulle immobilière française :

Les banques :

Nos "très chères" banques qui ont le monopole des crédits immobiliers, ont réalisé en à peine 6 années, près de 100 milliards d'euros de profits ... sur notre dos.

Profit des principaux Groupes Bancaires Français :

  • +22,9 milliards d'euros en 2015
  • +15,3 milliards d'euros en 2014
  • +15 milliards d'euros en 2013
  • +8,4 milliards d'euros en 2012
  • +14,5 milliards d'euros en 2011
  • +22,6 milliards d'euros en 2010

.....

L'état français :

Avec l'augmentation des prix immobilier, nos "très chers" gouvernements et décideurs successifs ont engrangés mécaniquement et à la hausse : la fiscalité sur les plu-value immobilières, les taxes et frais de notaires, parfois des frais de TVA, des frais de mutation, taxe foncière et taxe d'habitation ... bref encore d'autres impôts à peine déguisés.

Les agences immobilières :

Les agences immobilières peuvent percevoir entre 4% et 10% du prix de vente d'un bien immobilier. Là aussi, la hausse mécanique des prix immobiliers fait grimper les profist de "nos très chers agents".

Les papys-babys-boomers :

75,8% des 60 à 70 ans possèdent un ou plusieurs biens immobilier.

Les ménages qui ont eu la chance d’acheter leurs maisons avant que ne s’envolent les prix immobiliers se retrouvent aujourd’hui avec un bel actif financier.

Quand on sait que plus de 70% du patrimoine des français est constitué de biens immobilier...
Ainsi et en 2010, le patrimoine des 50-59 ans était quatre fois plus élevé que celui des 30-39 ans, 203 000 euros contre 49 000 euros.

LE PATRIMOINE DES FRANCAIS PAR TRANCHES D'AGES  - source inegalites.fr

LE PATRIMOINE DES FRANCAIS PAR TRANCHES D'AGES - source inegalites.fr

Les Grands perdants de la bule immobilière française :

Les jeunes et les primo accédants :

Les jeunes entre plus tard sur le marché du travail que leurs ainés et lorsqu'ils y arrivent leurs emplois sont plus précaires (intérim, CDD, licenciements, ...). Ces jeunes n’ont pas le temps d’économiser suffisamment. Pourtant, pour obtenir les fonds sollicités et bénéficier d’un taux attractif, ils doivent fournir environ 10 % de l’opération, un montant souvent important dans un contexte de prix encore élevés et ce malgré des taux de crédit historiquement bas.

Aussi, seulement 19,6% des moins de 30 ans sont propriétaires de leur logement.

D'ailleurs et en 2015, seulement 33% des demandes de crédit immobilier des jeunes ont abouti.

Conséquence, ces dernières années, le pouvoir d'achat immobilier des ménages est haut plus bas depuis 1965.

Autre conséquence , les durées d'emprunt se rallongent à l'infini.

Ainsi, la durée moyenne d'emprunt qui était de 15 ans en 1965 est passée à 22 ans de nos jours.

 

LE POUVOIR D'ACHAT IMMOBILIER DES MENAGES - source CGED

LE POUVOIR D'ACHAT IMMOBILIER DES MENAGES - source CGED

Le taux d'endettement immobilier des ménages explosent :

La première cause de l’accroissement de l’endettement des ménages français est la hausse du prix de l’immobilier.

De 664,9 milliards d’euros en 2005, les dettes des ménages n’ont cessé d'augmenter pour atteindre 1.189 milliards d’euros en 2015, ce qui signifie une hausse de 44 % en une décennie.

De ce fait, le taux d’endettement par rapport au revenu disponible a également augmenté. Ainsi, ce taux est passé de 59,5 % en 2005 à 85,3 % en dix ans.

TAUX D'ENDETTEMENT IMMOBILIER DES MENAGES - source CGED

TAUX D'ENDETTEMENT IMMOBILIER DES MENAGES - source CGED

Les habitants des grandes villes et de leurs agglomérations :

Les habitants des grands villes sont les grands perdants du boom de l'immobilier ces dernières années.

Ainsi et selon le dernier baromètre Meilleurs Agents, pour un investissement de 200 000 euros, vous pourres acquérir un appartement de :

  • 26 m² à Paris, 53 m² à Nice, 62 m² à Lyon, 65 m² à Lille, 83 m² à Marseille

Contre :

  • 104 m² à Dijon, 108 m² à Angers, 125 m² à Nîmes, 129 m² au Havre et 189 m² à St Etienne.

Les prix au m² pour l'achat d'un appartement sont donc 7 fois plus chers à Paris et près de 4 fois plus chers à Nice qu'à St Etienne.

Pourtant, le pouvoir d'achat des ménages Stéphanois n'est pas 7 et 4 fois inférieur à celui des Parisiens et des Niçois.

PRIX IMMOBILIERS AU M² - source baromètre Meilleurs Agents

PRIX IMMOBILIERS AU M² - source baromètre Meilleurs Agents

Tag(s) : #Bulle immobilière

Partager cet article

Repost 0