Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De 2000 à 2012, l’indice des prix immobiliers a progressé de 150% à Paris et 80% pour la France entière.

Sur la même période, le salaire net annuel moyen des français (2 202 € net/mois) a progressé seulement de 30% et l’inflation de 26%.

L’absence totale de corrélation entre l’évolution de l'indice des prix immobiliers et la hausse des salaires ainsi que de l’inflation a provoqué l’émergence d’une bulle immobilière dans notre beau pays.

Néanmoins et depuis 2012, l’indice des prix immobiliers a baissé de :

  • - 2.3% à Paris
  • - 4.3% en Ile de France
  • - 6.5% en Province
  • - 6% en moyenne sur toute la France

Cette trajectoire baissière, si elle se poursuit de la sorte, devrait se traduire à horizon 2020 par une baisse de l’indice des prix immobiliers depuis leur sommet atteint en 2012 d’environ :

  • - 6.5% à Paris
  • - 9.5% en Ile de France
  • -16.5% en Province
  • -11.5% en moyenne sur toute la France

Cependant, l’éclatement de la bulle immobilière en France est freinée par :

  • Des taux de crédits immobilier historiquement bas
  • Une fiscalité réduite mais toujours généreuse dans l’immobilier (Loi Pinel, loi Bouvard, loi Censi-Bouvard, dispositif Malraux...)
  • Un risque de défaillance bancaire réduit. Depuis la crise des subprimes, nos banques ont su artificiellement résister jusqu’à présent.
  • Le nombre record et historique de logements neufs vendus en 2016

Néanmoins, nous ne sommes pas à l’abri à plus long terme :

  • D’une reprise à la hausse des taux de crédits immobiliers. D'autant que les ménages sont fragilisés par une dette immobilière et une durée des prêts immobiliers qui ont plus que doublés entre 2000 et 2016.
  • D’une suppression pure et simple des dispositifs avantageux de défiscalisation dans l’immobilier par des gouvernements avides de rentrées fiscales.
  • D’une résurgence de la défaillance de nos banques. Colosses aux pieds d’argiles, les banques européennes n’ont pas profité de la dernière crise pour assainir leurs bilans
  • D’une stagnation du taux de chômage à un niveau élevé (10% en France).
  • D’une démographie peu favorable à l’immobilier. En effet, en 2007, 20% de la population était âgée de plus de 60 ans contre 30% en 2060. Pire, le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans aura plus que doublé sur la même période. Sans réforme, nos systèmes de retraites actuels ne pourront pas faire face, cela devrait accroître la paupérisation de la population et donc la baisse des prix immobiliers.
EVOLUTION DES PRIC IMMOBILIER A HORIZON 2020

EVOLUTION DES PRIC IMMOBILIER A HORIZON 2020

La baisse des prix immobilier à horizon 2020 se confirme !
La baisse des prix immobilier à horizon 2020 se confirme !
La baisse des prix immobilier à horizon 2020 se confirme !
Tag(s) : #Bulle immobilière

Partager cet article

Repost 0