Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Selon Empruntis, sur fond de taux du marché modérés, la production bancaire immobilière progresse fortement à +50% sur un an et le nombre de transactions est revenu à son niveau élevé d’avance crise. Cependant, les ventes dans le neufs chutent de 22.6% (MPAP) avec le coup de rabot sur le dispositif Scellier. Par ailleurs, le pouvoir d’achat des ménage régresse (hausse du crédit de +25%) pour une durée de prêt moyen toujours élevés entre 20 et 21 ans. Le particuliers trouvent majoritairement (74%) les prix immobiliers trop élevé et attendent que les prix baissent. A taux identiques, une baisse de prix de 20% resolvabiliserait plus d’un tiers des acheteurs potentiels.

 

 

Les taux du marché :

Le marché est paradoxal : modéré sur les taux longs, il montre des signes de tension sur le court terme.

Les taux fixes à 15 ans ont remonté de 0,70% en un an, et se stabilisent à 4,05%.

Les banquiers reconstituent leur marge.

 

 

La production bancaire :

Après une augmentation de près de 50% en un an, la production bancaire ne devrait plus progresser.

 

 

Transactions :

Le nombre de transactions dans l’ancien est revenu à son niveau normal, la crise de 2008-2009 est bien passée.

 

 

Ventes dans le neuf :

Les ventes dans le neuf sont inférieures de 22,6% au deuxième trimestre 2011 (vs 2ème  trimestre 2010, -21,8% pour les appartements et -28,5% pour les maisons)

 

L’arrivée de logements neufs sur le marché se ralentit et l’incitation fiscale pour l’investissement locatif va être

« rabotée » : le salut du marché ne viendra pas d’une forte augmentation de logements neufs !

 

 

Durée moyenne des prêts :

Il semblerait qu’il y ait un seuil de résistance entre 20 et 21 ans, résultat de la politique des banquiers et de la

prudence des particuliers.

 

 

Coût du crédit :

Le coût du crédit est en hausse de 25% par rapport au point le plus bas en octobre 2010 (mais toujours 30%

inférieur à celui de 2008)

 

Les particuliers sont attentistes : 74% des particuliers trouvent les prix immobiliers trop élevés

Les intentions d’achat des particuliers sont en baisse face aux prix très élevés.

 

 

Surfaces et pouvoir d’achat immobilier :

Selon les cas, la surface achetable a encore baissé de 5 à 9% depuis 2010 !

 

A Paris, la situation aujourd’hui est aussi tendue qu’en 2008 au plus fort de la crise. La surface achetable a diminué de 10 à 15% en un an !

 

 

Scénarios d’évolution des prix :

A taux identiques, une baisse de prix de 20% resolvabiliserait plus d’un tiers des acheteurs potentiels.

 

 

Cartographie France des taux par région :

http://www.empruntis.com/espace-presse/communiques/cp_barometres_reg_janvier_2012.pdf

 

 

 

02-taux.jpg

 

 

 

Accédez à l’étude complète et à l’ensemble des graphiques :

http://www.empruntis.com/espace-presse/11-09-08_conference_presse_empruntis.pdf

 

 

 

 

02-immo.jpg

Tag(s) : #Prix immobiliers
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :