Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En France, le secteur immobilier est l’un des principaux moteurs de l’économie : en termes de patrimoine, il représente le quart du patrimoine global de la France ; en termes de production, il se situe à la deuxième place derrière les « services aux entreprises» et constitue le sixième employeur avec 2 millions de personnes ; en termes de consommation et d’investissement, il contribue à 20 % des dépenses et représente 45 % des montants engagés.

 

1. Immobilier et patrimone :

 

1202.jpg

 

Le patrimoine immobilier national est estimé à 8 214 milliards d’euros, soit le quart du patrimoine national, chiffré à 32 382 milliards d’euros. Ces 25 % se répartissent de façon très inégale puisque 20 % concernent le logement et 5 % les bâtiments non résidentiels (immobilier d’entreprise et bâtiments publics tels que les écoles, hôpitaux, gares, etc.).

 

La valeur du patrimoine immobilier a été multipliée par près de 12 depuis 1978. La progression de la part prise par le logement dans le patrimoine français a évolué en dix ans. Elle est passée de 16 % en 1999 (2 725 milliards d’euros sur un patrimoine global de 17 230 milliards) à 21 % en 2009 (6 671 milliards d’euros sur un patrimoine global de 32 382 milliards).

 

1203.jpg

 

Le patrimoine immobilier a plus que doublé en dix ans :

Le patrimoine immobilier a été multiplié par 2,4 entre 1999 et 2009 contre 1,8 pour l’ensemble du patrimoine national. En 1999, la valeur ajoutée créée par le secteur immobilier représentait 196,5 milliards d’euros dont 74,2 % par les « activités immobilières». Dix ans plus tard, elle représente343,1 milliards d’euros.

 

2. Immobilier et valeur ajoutée :

 

 

1204.jpg

L’immobilier représente 20% de la valeur ajoutée de l’économie française en 2009, contre 15 % en 1979 et 12 % en 1959. Il reste le premier créateur de valeur ajoutée, sans interruption depuis 1960, juste devant le secteur des services aux entreprises et loin devant les secteurs industriels pris séparément : biens intermédiaires, automobile, biens de consommation, biens d’équipement. L’impact de l’immobilier sur l’économie française a été prouvé une nouvelle fois à l’occasion du plan de relance qui le concerne particulièrement (doublement du prêt à taux zéro et aménagements liés au Grenelle de l’environnement).

 

3. Immobilier et emploi :

1205.jpg

Gain de productivité. L’immobilier représente 7,7 % de l’emploi total en 2009 alors qu’il en représentait près de 10 % au début des années 1970. Le secteur a connu des phases de destruction d’emplois : en 1975, entre 1981 et 1985, entre 1991 et 1998 et de nouveau en 2009. Il reste le sixième employeur français derrière des branches très demandeuses en main-d’oeuvre comme « éducation, santé,

action sociale », « services aux entreprises » et « commerces ». L’immobilier fait preuve d’importants gains de productivité : malgré sa forte croissance, il a vu son effectif employé rester relativement stable, ne progressant que de 27 % depuis 1960 contre 25 % pour l’ensemble de l’économie. n Le bâtiment concentre 85 % des effectifs du secteur immobilier en 2009 contre plus de 96 % au début des années 1960 : depuis cette date, l’importance du bâtiment n’a cessé de s’éroder pour se stabiliser depuis le début des années 1990 à son niveau actuel.

 

 

4. Immobilier investissement et consommation :

1206.jpg

Le prix des logements en France était relativement corrélé au prix des loyers et des énergies domestiques jusqu'en 1998. Depuis, les prix ont été multipliés par 2 à Paris, par 1.8 en France alors que les loyers et énergies domestiques restaient relativment stables.

 

1201.jpg

 

Sources : IEIF et INSEE

Tag(s) : #Marchés Immobilier
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :