Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Journée de la filière automobile réunit aujourd'hui à Paris ses dirigeants. Objectif : faire le point sur la compétitivité du secteur, mise à mal par la crise. Le marché automobile français résiste un peu mieux que prévu, mais les fabrications de Renault et de PSA sur le sol national continuent à décliner fortement..

a-auto.jpg

Toutes les associations professionnelles travaillant de près ou de loin pour l'automobile (constructeurs, équipementiers, importateurs, concessionnaires, carrossiers, etc.) se sont donné rendez-vous aujourd'hui à Paris pour une Journée de la filière automobile, un peu plus d'un an après les Etats généraux du secteur, en janvier 2009, qui avaient sonné le tocsin face à la crise et permis d'enclencher des mesures d'urgence. Le prétexte officiel de ces rencontres est le premier anniversaire de la « plate-forme de la filière automobile », une structure qui avait été instaurée pour pacifier les relations difficiles ou conflictuelles entre les constructeurs et leurs fournisseurs, et pour améliorer la compétitivité économique de ces derniers.

Christian Estrosi, le ministre de l'Industrie, clôturera les travaux en remplaçant au pied levé François Fillon. Mais, selon plusieurs sources, peu d'annonces fracassantes sont attendues de la part des pouvoirs publics. En ces périodes de tension budgétaire, les mesures d'exception prises l'an passé ne peuvent être rééditées.

Début d'année encourageant

Entre les prêts consentis directement l'hiver dernier à PSA et Renault (3 milliards d'euros chacun), ceux versés à leurs filiales de financement automobile et le coût de la prime à la casse pour l'Etat, l'addition dépasse allègrement les 8 milliards d'euros. A défaut d'effacer totalement les effets de la crise, cela aura permis de les atténuer, et d'aider par ricochet l'ensemble des fournisseurs.

Où en est-on aujourd'hui ? Les plus optimistes retiendront le verre à moitié plein : un marché automobile français qui ne se comporte pas si mal que cela depuis le début de l'année, et qui semble se diriger vers un peu plus de 2 millions d'immatriculations de voitures particulières en 2010. Un niveau somme toute « normal » au vu de la dernière décennie.

Encourageants également, la bonne tenue des marques françaises, qui contrôlent à ce jour 56 % de leur marché national, et les frémissements des différents marchés professionnels (utilitaires légers, flottes d'entreprises, loueurs courte durée).

Côté fabrication, « les gens avaient pris des options conservatrices à la veille du premier trimestre », et sont plutôt agréablement surpris à ce stade, indique-t-on à la Fédération des équipements pour véhicules (Fiev), où l'on fait état d'un redressement de 30 % du chiffre d'affaires de la profession sur la période.

Le casse-tête des délocalisations

Mais la comparaison avec le marasme du début 2009 est favorable, et personne ne peut raisonnablement soutenir que la crise est achevée. De l'avis des constructeurs, les ventes de voitures en France ne tiendront pas le rythme sur le reste de l'année. Les marchés voisins (Allemagne, Italie), très importants pour les marques françaises, sont en train de se retourner les uns après les autres. Et le sujet des délocalisations reste pleinement d'actualité. Ce n'est pas la montée en régime du dernier-né de Renault, le 4 x 4 Dacia Duster, qui corrigera la tendance : 100 % des modèles de la gamme low cost du groupe au losange vendus en France sortent de son usine roumaine de Pitesti. Au grand dam des équipementiers, notamment les plus petits, qui n'ont pas toujours les moyens de suivre le mouvement.

Les fournisseurs installés en France, qui ont déjà supprimé près de 35.000 emplois l'année dernière, pourraient encore réduire leurs rangs de 40.000 à 50.000 postes en deux ans, en fonction des volumes de fabrications que maintiendront dans l'Hexagone Renault et PSA, selon un rapport de la fin 2009.

 

 

Tag(s) : #Economie et société
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :