Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les ventes de logements neufs ont baissé de seulement 3 % au troisième trimestre en Nord - Pas-de-Calais (contre - 16 % au niveau national, voir ci-dessous). Mais l'annonce de la suppression du dispositif Scellier pourrait accélérer la chute des ventes à partir de 2013. 

 

 

 

« Cela devrait encore aller en 2012 mais, après, c'est le grand point d'interrogation ». Pour Jean-Michel Sede, président de la Fédération des promoteurs immobiliers du Nord (FPI), les annonces du plan de rigueur dévoilées par François Fillon en début de semaine rebattent à nouveau les cartes d'un marché de l'immobilier déjà dans l'expectative.

 

 

« L'annonce de la suppression du dispositif Scellier, qui avait bien relancé l'investissement immobilier neuf, modifie une loi de finance en cours de discussion qui prévoyait déjà un coup de rabot sur ce dispositif. Une telle instabilité n'est pas bonne ».

 

 

Incertitudes

Les chiffres du marché immobilier neuf en région au troisième trimestre, publié par la FPI, révèlent ces incertitudes. « Sur la seule métropole lilloise (qui représente 85 % de l'activité immobilière régionale), les réservations nettes sont en baisse de 3 % sur le trimestre, en raison d'un recul important des ventes de maisons individuelles (- 58 %). Les ventes de collectifs progressent sur la même période de 20 % ».

 

 

Les investisseurs, souhaitant profiter d'ici à la fin 2011 des avantages à taux plein de la loi Scellier, ont refait leur apparition au troisième trimestre (progression de 6 % des ventes à investisseurs). Mais sur l'année, l'investissement immobilier pur tend à baisser (63 % des réservations contre 72 % en 2010). L'accession à la propriété enregistre également une baisse de 27 % au troisième trimestre (par rapport à 2010).

 

 

« Avec une offre disponible de 1 600 logements, dont 327 individuels, sur l'aire urbaine lilloise, le marché du neuf n'est pas saturé. Toutes les offres trouvent preneurs. » Ce qui n'est pas le cas partout dans la région, avec des secteurs, comme Douai, Arras, le bassin minier où l'offre dépasse la demande.

 

 

À noter que le prix de vente moyen du m² habitable (collectif) en métropole lilloise (3 259 euros/m² contre 3 029 euros en 2010), fait de cette zone l'une des agglomérations les moins chères de France, Toutes les grandes aires urbaines de France étant au-delà de 4 000 euros du m².

 

 

« L'investissement immobilier est une démarche patrimoniale avant d'être une démarche financière », tempère Jean-Michel Sede. Avec ou sans Scellier, il y aura toujours une demande. •

 

 

Source :

La Voix Eco - auteur JEAN-MARC PETIT

 

 

02-eco.jpg

Tag(s) : #Immobilier neuf
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :